Votre or

Pièces, lingots, lingotins, certificats, actions, trackers…

Voici les différents moyens de miser sur l’or, un placement millénaire.

L’or est vieux comme le monde. Sous l’Antiquité, le métal jaune était incontournable. Il a même été mentionné 400 fois dans la Bible. Par la suite, il a suscité bien des convoitises… Citons le mythe de l’eldorado lors de la colonisation de l’Amérique latine par les Espagnols et les Portugais, ou encore la ruée vers l’or en Californie au XIXème siècle...

Pendant des siècles, l'or a été associé à la frappe monétaire des États : royaumes, empires et républiques. Il a été notamment choisi comme étalon par l'Angleterre au début du XIXème siècle, puis de l'Allemagne en 1873. Traditionnelle valeur refuge en période de stress sur les marchés d’actions, il présente aussi l’avantage d’être un actif tangible, qui n’est la dette de personne (contrairement aux obligations d’État). Pièces, lingots, lingotins, certificats, actions, trackers… Voici comment vous pouvez miser sur l’or.

Comment acheter de l’or physique ?

Pour investir de façon simple dans l’or, vous pouvez l’acheter sous forme physique (pièces, lingots ou lingotins), en passant par exemple par des acteurs tels que CPoR Devises, BullionVault, le Comptoir National de l’Or, ou encore par votre agence bancaire (les banques ont toutefois généralement abandonné cette activité)... Les pièces d'or boursables bénéficient d'une surprime par rapport à la valeur de l'or contenu dans la pièce au cours du jour. Cette prime évolue en fonction de l'offre et de la demande.

Mieux vaut privilégier les pièces les plus liquides. En France, il s'agit des pièces cotées quotidiennement, avec bien sûr en premier lieu le 20 Francs Napoléon, la Croix suisse 20 francs, le Krugerrand, la 50 Pesos, le Souverain (Georges V) et la 20 dollars. Elles présentent l'avantage d'avoir une bonne liquidité, et d'être accessibles dès 250 euros.

Attention, certaines précautions sont requises avant d’acheter des pièces. Mieux vaut les acheter sous scellé, avec le numéro associé reporté sur la facture, pour des raisons fiscales (mieux vaut avoir une preuve de la date d’achat de l’or) et pratiques (le scellé évite les rayures, qui occasionnent des décotes). L'option de la taxation sur la plus-value réelle (qui vous impose sur le gain réalisé) est plus avantageuse que la TFMP (taxe financière sur les métaux précieux) de 11,5%, qui s'applique à la valeur totale du bien cédé (même si la vente génère une perte !

Pour ce qui est des lingots (1 kg) et des lingotins (10 à 500 grammes), ils doivent être accompagnés de leur bulletin d'essai, sur lequel figurent le numéro du lingot ou lingotin ainsi que le nom du fondeur essayeur. Pour les lingotins, le blister fait office de bulletin. Il faut également conserver la facture d'achat, sur laquelle doit figurer le numéro du lingot ou lingotin, pour pouvoir exercer à la revente l'option de la taxe sur la plus-value réelle. Les lingotins existent sous différents formats, plus accessibles que les lingots d’un kilo : 10, 20, 31,1 (le poids d’une once), 50, 100, 250 et 500 grammes. Les lingot(in)s sont préférés par ceux qui ne souhaitent qu'investir dans le métal jaune sans dépendre d'une éventuelle variation de l'offre et de la demande du produit, ces derniers n'étant pas rares - contrairement aux pièces d'or.

Comment acheter de l’or par d’autres moyens ?

Vous pouvez aussi miser sur des produits d’indexation, tels que les certificats, les fonds communs de placement. Attention, si l'organisme émetteur fait faillite, la contrepartie de l'or acheté se volatilise et l'investisseur a tout perdu.

Les spéculateurs avertis et réactifs pourront envisager de miser sur l’or - à la hausse… voire à la baisse ! - via des produits dérivés : des warrants ou des turbo illimités. Attention, ces derniers produits présentent un effet de levier, parfois très important : de quoi réaliser des gains très importants, mais aussi des pertes massives…

Comment miser sur les valeurs minières aurifères ?

Pour ceux qui veulent miser sur les valeurs minières aurifères (les sociétés cotées du secteur minier aurifère), mieux vaut passer par des fonds plutôt qu’acheter des actions en direct, afin de lisser les risques.

Les investisseurs peuvent préférer les trackers (des produits de gestion passive, mais qui présentent néanmoins l’intérêt de ne pas présenter de frais d’entrée, tandis que les frais annuels sont limités).

Attention, la détention d'or n'est pas un long fleuve tranquille : les pièces et les lingots d'or ne font pas l'objet d'une cotation officielle sur un marché. Leurs cours varient donc d'un intermédiaire à l'autre... L'or physique doit être placé dans un coffre ; une extension d'assurance doit être souscrite ; de son côté, l’or papier n’est pas garanti par de l’or physiquement détenu, ce qui peut poser un problème, notamment en cas de vraie panique financière. Dans tous les cas,il faut bien comprendre les facteurs qui influencent son cours, sa fiscalité et ses risques.

Votre conseiller AVENIR & SERENITE PATRIMOINE vous invite donc à bien vous renseigner et à ne pas investir en or plus de 5 à 10% de votre portefeuille, dans un objectif de moyen ou long terme, et si possible en fractionnant vos achats dans le temps par une épargne régulière afin de lisser le cours moyen et ne pas acheter sur un pic. Enfin, il faut s'adresser à des professionnels bien établis. Les sites de vente et d'achat d'or se rémunèrent de différentes manières, le plus souvent par le prélèvement d'un pourcentage sur les transactions effectuées. En moyenne, les vendeurs d'or se rémunèrent à hauteur de 2 à 4% par transaction, et les racheteurs de 5 à 10%.
Dans tous les cas, il faut se renseigner avant pour ne pas avoir de mauvaise surprise.

LA FISCALITE DE L'OR

Aucune taxe n'est due sur vos achats d'or. La taxation se déclenche à la revente. Pour l'or physique, le régime de la plus-value est souvent intéressant, si vous pouvez y prétendre. L'or papier est soumis par défaut à la taxation de 30 % (PFU) sur la plus-value réalisée.

La fiscalité en cas d'achat d'or physique

L'achat de pièces frappées après 1800 et de lingots est exonéré du paiement de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA). Les pièces en or de collection (frappées avant 1800) sont soumises à la TVA de 20 % car elles ne sont pas considérées comme des moyens de paiement légaux.

A noter

La TVA s'applique également sur les pièces frappées après 1800 si la prime (différence entre le prix de la pièce et le prix de son poids en or) est supérieure à 80 %.

La fiscalité en cas d'achat d'or papier

En ce qui concerne l'or papier (certificats, trackers, actions de société aurifère, fonds d'actions de sociétés aurifères), aucune taxe n'est due à l'achat. Pour autant, des frais de transactions sont perçus par votre courtier. La tarification dépend de votre intermédiaire et du contrat souscrit.

La fiscalité en cas de revente d'or physique

Les particuliers ont le choix entre la taxe forfaitaire et le régime de la plus-value.

La taxe forfaitaire s'élève à 11 % du montant total de la transaction, décomposés comme suit: 10,5 % de Taxe sur les Métaux Précieux (TMP) et 0,5 % au titre de la Contribution au Remboursement de la Dette Sociale (CRDS). L'éventuelle plus-value ne rentre donc pas en compte dans le calcul de l'impôt.

A l'inverse, la taxation au régime de la plus-value porte sur la différence entre le prix de vente et le prix d'achat. Si celle-ci est nulle ou négative, vous n'avez rien à payer. Si elle est positive, la taxe s'élève à 36,2 %, décomposés comme suit: 19 % d'impôt sur la plus-value et 17,2 % de prélèvements sociaux.

La plus-value imposable bénéficie d'un abattement de 5 % par année de détention à partir de la troisième année de détention. Après 22 ans, la vente d'or est totalement exonérée d'impôt.

Cependant, le régime de la plus-value s'applique seulement si:

  • Vous pouvez justifier de la date et du prix d'acquisition de votre or (conservez vos factures).
  • Le vendeur et l'acheteur sont la même personne (les factures doivent être nominatives).
  • Les pièces ou lingots vendus sont ceux qui avaient été achetés (les lingots disposent d'un numéro permettant de les identifier. Conservez les pièces dans leur film scellé, facture incluse).

N'oubliez pas de déclarer vos ventes d'or physique

Lorsque vous choisissez la taxe forfaitaire de 11 %, vous devez renseigner puis déposer le formulaire 2091 à votre centre des impôts dans le mois suivant la vente d'or. A défaut, vous vous exposez au paiement d'une amende fiscale. Le choix pour le prélèvement forfaitaire de 19 % sur la plus-value se fait en remplissant et en adressant le formulaire 2092 à votre centre des impôts.

La fiscalité en cas de revente d'or papier

La fiscalité s'appliquant est celle des revenus et des plus-values de cession des valeurs mobilières. Depuis le 1er janvier 2018, les plus-values sont taxées par défaut au titre du Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) de 30 %.

Toutefois, vous pouvez choisir d'être taxé au titre de l'Impôt sur le Revenu (IR). Dans ce cas, vos gains sont imposés à votre Taux Marginal d'Imposition (TMI). Les prélèvements sociaux (17,2 %) sont dus dès le premier euro de gain.

L'achat d'or, physique comme papier, n'est pas taxé. En cas de vente, l'or physique est imposé sur le montant de la transaction (taxe forfaitaire) ou sur la plus-value, avec un abattement pour durée de détention. Choisissez l'option la plus avantageuse, si vous le pouvez. L'or papier est taxé au titre de la plus-value, selon les mêmes principes que les ventes d'actions.