Femmes seniors seules, quelles stratégies ?

Femmes seniors : des problématiques spécifiques en termes de revenus

Avec les avancées de la science et de la médecine, on constate un accroissement soutenu et constant de l’espérance de vie en France. Selon l’INSEE, il y a, en 2018, 9,2 millions de personnes en France de 70 ans et plus. Dans cette population de seniors, 59% sont des femmes et celles-ci sont davantage touchées par le veuvage, qui a souvent des répercussions très lourdes en termes de revenus et sur le plan patrimonial. Zoom sur une solution patrimoniale inédite, qui permet de protéger le conjoint survivant et de lui assurer une fin de vie plus sereine.

Selon l’INSEE, 59% des plus de 70 ans sont des femmes, et cette tendance ne fait que s’accroitre avec l’âge. Chez les 85+, elles représentent même plus de deux personnes sur trois.
Ces chiffres mettent ainsi cruellement en évidence une problématique qui touche spécifiquement les femmes seniors : le veuvage. Plus d’un quart des femmes de 65 ans ont perdu leurs époux et ce chiffre passe à plus de 55% pour les femmes de 85 ans.
En plus de la solitude et de la perte de vie affective, le veuvage se traduit mécaniquement pour les femmes par une chute importante de revenus. En effet, la pension de réversion représente en moyenne seulement 50% à 60% de la pension du défunt. Sachant que c’est la double peine car quand l’homme décède, c’est le plus gros revenu du foyer qui est amputé : les pensions de retraite de droit direct des femmes sont en moyenne de 38 % inférieure à celle de leurs homologues masculins.
Selon la Drees, il y a 4,4 millions de personnes qui touche une pension de réversion. Dans ce panel, il y a 17,2 millions de retraités. Sachant que ce sont à 90% des femmes, ce sujet concerne donc 4 millions de personnes. C’est un sujet de société important, à l’heure de la remise en question du système de retraite français.

Il est donc indispensable de mobiliser votre patrimoine pour anticiper et atténuer les problèmes spécifiques créés par la situation de veuvage.

Comment s’organiser efficacement pour assurer son avenir quand on est une femme senior ?

En vendant sa résidence principale tout en ayant la garantie de pouvoir rester y vivre, un couple de seniors pourra dégager un capital lui permettant de générer des revenus complémentaires, bien utiles au moment du décès d’un des conjoints.

La solution préconisée : une vente avec usage et valeur garantis

Au contraire de la vente en viager qui s'adresse à des persones sans enfants, la vente avec  usage et valeur garantis s’adresse avant tout aux seniors qui ont des enfants (soit la grande majorité) et permet de vendre son bien en ayant d’une part la garantie de pouvoir rester chez soi à vie, d’autre part la garantie de bénéficier d’un prix minimal élevé. Le patrimoine familial est sécurisé en associant les enfants à l’opération, il ne court plus le risque d’être bradé.

Le principe : le senior vend la nue-propriété de son bien et perçoit alors un capital, calculé en faisant l’hypothèse qu’il va continuer à vivre chez lui pendant une certaine durée (exemple de durée d’usage : 20 ans). En cas de décès avant la fin de la durée d’usage prise en hypothèse, sa famille est indemnisée : ses enfants perçoivent un capital complémentaire versé par l’acheteur. Inversement, au-delà de la durée d’usage prise en hypothèse, si le vendeur est encore en vie et continue à occuper les lieux, c’est l’investisseur qui est indemnisé par une assurance souscrite auprès de la compagnie ALLIANZ.
Les avantages : C’est une solution équilibrée qui protège les intérêts de l’acheteur et du vendeur en neutralisant l’aléa que constitue la durée de vie du vendeur. Le vendeur est rassuré car il sait que le prix de vente sera ajusté en fonction de l’usage qu’il va réellement faire de son bien. A l’inverse, l’investisseur a une grande visibilité sur la rentabilité de son investissement et est protégé par une assurance.

Illustration : Françoise, 77 ans, est propriétaire d’un appartement de 87m² dans le 15e arrondissement de Paris d’une valeur de 820 000€. Elle vend la nue-propriété de son bien avec le schéma de vente avec valeur et usages garantis. Elle touche immédiatement 416 500 € et en cas de décès au cours des 16 prochaines années, ses héritiers toucheront un complément de prix. Par ailleurs, passé 16 ans, si elle est encore en vie et n’occupe plus son appartement, une rente minimum garantie de 14 450 euros lui sera versée chaque année (inversement la rente sera versée à l’acheteur tant qu’elle restera chez elle).
En cas de décès au bout de 5 ans : Françoise aura perçu un capital initial de 416 500 euros, continué à occuper son appartement 5 ans et ses enfants auront encaissé un capital complémentaire de 169 000€. La valeur perçue à l’issue de l’opération par Françoise et ses enfants est alors de 88% de la valeur du bien vendu (hors assurance).

Vous pensez que la vente avec usage et valeur garantis sont une opportunité à envisager ? Demandez plus de renseignements et une simulation à votre conseiller AVENIR & SERENITE PATRIMOINE, sans aucune obligation de votre part.

Contactez nous sans tarder au 09 81 48 61 15 ou par mail.